Le blog du Club Lamartine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Avant-premiere

Fil des billets - Fil des commentaires

Projection-débat autour du film « L’orde et la morale ».

A l’occasion de la sortie du film « L’orde et la morale », le Club Lamartine organise avec la Gazette de Côte-d'Or et le Cinéma Olympia une avant-première suivi d’un débat.

Lire la suite...

Le film Marga au cinéma Devosge en présence de la vraie Marga Spiegel (en partenariat avec le Club Lamartine)

Le mardi 15 juin à 20h30 le cinéma Devosge (Dijon), autour de la diffusion du film Marga, reçoit le réalisateur, quelques acteurs, mais la vraie Marga Spiegel qui a inspiré cette histoire vraie. Un moment exeptionnel qui nous éclairera sur les actes d'héroïsme individuels au coeur de l'Allemagne nazie.

Lire la suite...

Le Club Lamartine partenaire de l'avant-première du film, La rafle.

Le Club Lamartine, partenaire d'un projet réalisé par des étudiantes de l'IUT GACO de Dijon, vous convie à l'avant-première du film, La rafle,

Lire la suite...

Les Protocoles des Sages de Sion… enquête sur l'itinéraire d'un mensonge

Le Club Lamartine présente en avant-première le documentaire de la journaliste Barbara Necek.

La vérité est ailleurs ou la véritable histoire des Protocoles des sages de Sion * © DOC EN STOCK – ARTE France – 2008 La projection sera suivie d'un débat avec Barbara Necek, journaliste.* à voir sur ARTE le 6 mai dans le cadre de la Thema Les Bréviaires de la haine à 21h


Description: Les Protocoles des Sages de Sion: un texte absurde de soixante pages qui présente le plan machiavélique d'un comité fictif de Juifs pour prendre le pouvoir dans le monde. Fabriqué en 1900 par la police politique secrète russe pour dissuader le Tsar Nicolas II de ses réformes libérales, le texte est demasqué comme un faux déjà en 1921 par le "Times" de Londres. Et pourtant, les Protocoles vont continuer à circuler dans le monde entier et alimenter des fantasmes antisémites. Hitler, Hadj Al-Husseini (Grand Mufti de Jérusalem), Gamal Abdel Nasser, Yasser Arafat comptent parmi les lecteurs acharnés de ce bréviaire de la haine. A chaque moment de crise ou de bouleversement historique, les Protocoles se retrouvent sur le devant de la scène. Un mécanisme qui fonctionne encore aujourd'hui. Dans le monde arabe notamment, où le faux est publié en masse, cité comme document historique authentique dans des émissions télévisées et meme dans les manuels scolaires des enfants palestiniens. Le Hamas se réfère aux Protocoles dans sa charte. En Russie, les Protocoles revivent depuis la chute de l'empire soviétique. Leur diffuseur principal: l'église orthodoxe russe qui espère attirer des fidèles en instrumentalisant les ressentiments antisémites dans le pays. Qu'est-ce qui explique le succès international de ce texte? Pourquoi certains continuent-ils à croire à l'authenticité des Protocoles? Pourquoi le mensonge est-il plus fort que la vérité? En melangeant l'histoire avec l'actualité, ce film-enquete raconte le parcours des Protocoles comme l'itinéraire d'un mensonge.

Avant-première à Dijon : Ben Laden, les ratés d’une traque

Il y a plusieurs mois, Emmanuel Razavi a présenté au président du Club Lamartine, Lionel Fourré, son dernier reportage réalisé en Afghanistan et en particulier les nombreuses révélations qu’il contenait. 
Immédiatement, le Club Lamartine a suggéré d’organiser une avant-première privée au cinéma Devosge à Dijon. Emmanuel Razavi a accepté l’idée.

Le rendez-vous était donc pris pour le mardi 28 novembre. On notera que cette semaine, le magazine VSD et la Gazette de Côte d’Or ont publié quatre pages sur ce reportage : "Ben Laden: Les ratés d'une traque" d’Emmanuel Razavi et Éric Lavarene.

En partenariat avec Hamsa Press, Ligne de front et le cinéma Devosge, le Club Lamartine a l’honneur d’offrir à 200 invités Dijonnais en avant-première le reportage suivit d’un débat avec Bernard de Lavillardière et Jérôme Deliry (producteurs), Emmanuel Razavi (Réalisateur) et Asim Naïm (spécialiste de l'Afghanistan). 

Le film explique comment cinq ans après l’attentat contre le World Trade Center, Oussama Ben Laden court toujours. Malgré une débauche de moyens humains et technologiques sans précédent, les forces américaines, françaises et pakistanaises ne l’ont toujours pas capturé. Il se cacherait le long de la frontière afghano-pakistanaise, dans les zones tribales. Une région dont le contrôle échappe en partie au pouvoir de Kaboul et d’Islamabad. 

Pourtant, par deux fois, l’homme le plus recherché de la planète a été localisé… sans pour autant être appréhendé ! Des ratés qui posent nécessairement des questions. 

Depuis, les langues se délient de chaque côté de la frontière. De Kaboul à Peshawar, Seigneurs de guerres, membres du cabinet de Karzaï (le chef de l’Etat Afghan), responsables des services pakistanais (ISI), militaires français ou américains se succèdent pour expliquer que les Américains ont tout fait pour éviter de capturer l’ennemi public n°1. Deux raisons expliqueraient ce « raté » peut-être pas aussi anodin: d’une part, la traque de Ben Laden légitimerait la présence présence de forces d’occupation en Afghanistan. D’autre par, les services pakistanais pensent que sa capture pourrait embraser leur pays. 

Nous vous tiendrons informés de sa prochaine diffusion sur l’une des chaînes françaises.