Le blog du Club Lamartine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Emmanuel Razavi

Fil des billets - Fil des commentaires

Peut-on critiquer les journalistes ? avec Emmanuel Razavi, grand reporter.

Chaque année, en janvier, tns-sofres publie le baromètre de confiance des français dans les medias. Le résultat est édifiant. On constate que le public se méfie de la presse. À travers leur travail d’information, les journalistes sont étiquetés par les Français tantôt tous à gauche ou tantôt tous à droite... et parfois à propos d’un même reportage, certains considèrent l’auteur à gauche et d’autre à droite.

Lire la suite...

Soirée Daniel Pearl : complet

Les dijonnais se sont déplacés très nombreux à la projection-débat organisé par le Club Lamartine.
Les spectateurs ont pu voir - ou revoir - le merveilleux film « un cœur invaincu » sur les derniers jours de Daniel Pearl et débattre sur le « journalisme en zone de guerre » avec Emmanuel Razavi, Frédéric Pons, Antoine Gyori et Bernard de La Villardière. 
Club Lamartine remercie le public et les intervenants pour la qualité de leur participation. 

Le prochain invité est Alain Bazot (président de l’ UFC-Que choisir) le jeudi 6 décembre.

Semaine de la liberté de la presse - Soirée Daniel Pearl avec Bernard de la Villardière

Dans le cadre de la première semaine de la liberté de la presse à Dijon, sous l’égide de Reporters sans Frontières et en partenariat,

le Club Lamartine organise la projection du film « un cœur invaincu » qui retrace les derniers jours de la vie de Daniel Pearl. Cette Soirée thématique en hommage au journaliste Daniel Pearl se déroulera au cinéma Darcy à 20h.

Le film sera suivi d’un débat sur les problématiques et dangers du travail des journalistes en zone de guerre. Intervenants : Bernard de Lavilardière (M6), Emmanuel Razavi (HAMSA Press) , Frédéric Pons (président de l’association des journalistes de défenses), Stephan Villeneuve (Grand reporter) 
Entrée : gratuite et ouverte à tous (dans la limite des places disponibles). 

Les places seront à retirer à partir de Lundi 19 au cinéma Darcy, place Darcy à Dijon

Lettre aux cœurs convaincus

Cher Emmanuel Razavi,

Je viens de voir le film sur l’enlèvement au Pakistan du journaliste Daniel Pearl, Un cœur invaincu. A l’époque, j’avais suivi la terrifiante histoire de cette personne qui a été kidnappée en raison de sa nationalité, de son métier, de son nom et de ses « convictions religieuses » supposées. Ce film montre la course-poursuite qui s’est mise en place pour tenter de le sauver des mains de cesbarbares religieux.J’ai lu ton livre Les Frères Musulmans où tu expliques les conditions difficiles dans lesquelles tu te trouves en début de l'enquête. Nous avons eu – et nous aurons – de nombreuses conversations sur les reportages à risques que tu fais sur le monde « arabo-musulman » - que tu aimes. 
Encore hier, tu me parlais de ton ami, journaliste, Eric de Lavarenne qui vit lui toute l’année au Pakistan comme correspondant permanent. 
Cet homme, je le connais à travers toi et cette voix venue d’orient que j’entends le matin - quand ma radio s’enclenche - sur France Inter. Bien souvent, en raison de l’actualité, il « m’explique » les derniers mouvements des radicaux de ce pays pendant que moi, je suis dans mon lit confortablement installé alors que lui met sa vie en danger pour m’informer. 
Tout le long du film, j’ai pensé à vous et au courage dont vous faites preuve, au risque de votre vie, à « fréquenter » ces gens qui haïssent ce que vous représentez pour nous éclairer sur les agissements de ces illuminés fanatiques. 
Grâce à vous, journalistes sans frontières, nous avons une meilleure connaissance des menaces qui pèsent sur notre société. Je sais que ton métier te tient à cœur et que tu es convaincu par les valeurs de démocratie et de liberté qui t’animent. 
Je souhaite comme toi qu’elles restent invaincues dans notre pays et encore pour longtemps. 

Amitiés 

Lionel Fourré 

PS : faites bien attention à vous...

The Bubble : Peut-on en parler librement... ?

En France, on ne peut pas parler des « événements israélo-palestinien - » sans que l’on essaye de vous rattacher à l’une des deux parties belligérantes. Au vu de certains comportements, on pourrait croire que cette question est le nouveau clivage dans la société française. Même lorsque vous n’en parlez pas on vous qualifie - comme une accusation – d’être « pro » d’un des camps.


Ceci n’est-il pas plus surprenant encore lorsque cela provient de membres d’association qui devraient plutôt prôner la tolérance entre les Hommes sans chercher à « ramener » ce conflit en France.Effectivement, sur ce blog - jusqu’à aujourd’hui - nous n’avions jamais parlé des problèmes entre Israël et la Palestine. Bien que nous soyons resté silencieux - sur le sujet - certaines personnes ont tout de même trouvé le moyen de nous qualifier de « pro-israélien ».

Je ne sais pas par quelle pirouette « intellectuelle », ils sont arrivés à cette conclusion. Y-a-t-il un lien avec le fait que nous ayons mis dans notre première sélection de livres, « Frères musulmans : Dans l'ombre d'Al Qaeda » par Emmanuel Razavi et Alexandre Del Valle ou encore « Le rapport de la CIA : Comment sera le monde en 2020 ? » par Alexandre Adler et Johan-Frédérik Hel Guedj ?

Lire la suite...

Le 7 février sur Planète: Ben Laden, les ratés d'une traque

Vous êtes très nombreux à nous demander par mail la date de la diffusion à la télévision du reportage d'Emmanuel Razavi et d’Eric de Lavarène "Ben Laden, les ratés d'une traque" que vous avez pu découvrir en exclusivité lors de notre soirée au cinéma Devosge à Dijon ou sur notre blog. L’agence Hamsa Press et Ligne de Front producteurs de ce documentaire nous ont fait savoir qu’il sera diffusé le 7 février à 20h 40 sur la chaîne Planète.« Ben Laden, les ratés d'une traque » est l’enquête exclusive, réalisée en Afghanistan et au Pakistan qui raconte de quelle manière Oussama Ben Laden a réussi à échapper aux forces de la coalition depuis 2001. Tout au long de leurs investigations, les deux journalistes, d'Emmanuel Razavi et d’Eric de Lavarène, donnent la parole à des seigneurs de guerre qui ont participé à la traque de l'ennemi public n°1 ainsi qu'à des officiels afghans, pakistanais, américains et français. Entre autres images exceptionnelles: leur rencontre avec des combattants talibans ou encore une scène d'attentat à Kaboul qui porte la marque de fabrique d'Al Qaïda. 

Le film, toujours neutre, soulève de nombreuses questions mais se garde d' apporter des conclusions hâtives. Il aura fallu près de deux ans pour mener à bien cette enquête qui a conduit les deux reporters de Kaboul à Peshawar en passant par les montagnes de Tora Bora et les fameuses zones tribales pakistanaises. Une enquête sans concession, extrêmement documentée, qui met en avant les acteurs de la traque de Ben Laden.

Un Dijonnais au pays des Talibans

« Ben Laden, les ratés d’une traque ». Dans ce film de 52 minutes, Emmanuel Razavi, originaire de Dijon, et Eric de Lavarène font le point sur cinq années de lutte engagée par les Etats-Unis et leurs alliés pour débusquer Ben Laden. Et le bilan est accablant. Oussama court toujours. La situation sur le terrain civil et militaire en Afghanistan se détériore au point d’être en voie d’« irakisation ». Plus grave encore, ce document choc révèle au terme de deux années d’investigations menées en Europe, en Afghanistan et au Pakistan à travers des témoignages de hauts gradés afghans, de militaires français, de seigneurs de guerre, de responsables des services pakistanais, pourquoi Ben Laden est toujours en liberté. Et surtout pourquoi Ben Laben libre sert les intérêts américains et pakistanais. Ce film explosif, coproduit par Bernard de Lavillardière et déjà distribué dans une dizaine de pays, sera diffusé prochainement sur une chaîne nationale, et sera projeté sur invitation en avant-première le 28 novembre à Dijon, au cinéma Devosge. Rencontre avec Emmanuel Razavi.

Lire la suite...

Avant-première à Dijon : Ben Laden, les ratés d’une traque

Il y a plusieurs mois, Emmanuel Razavi a présenté au président du Club Lamartine, Lionel Fourré, son dernier reportage réalisé en Afghanistan et en particulier les nombreuses révélations qu’il contenait. 
Immédiatement, le Club Lamartine a suggéré d’organiser une avant-première privée au cinéma Devosge à Dijon. Emmanuel Razavi a accepté l’idée.

Le rendez-vous était donc pris pour le mardi 28 novembre. On notera que cette semaine, le magazine VSD et la Gazette de Côte d’Or ont publié quatre pages sur ce reportage : "Ben Laden: Les ratés d'une traque" d’Emmanuel Razavi et Éric Lavarene.

En partenariat avec Hamsa Press, Ligne de front et le cinéma Devosge, le Club Lamartine a l’honneur d’offrir à 200 invités Dijonnais en avant-première le reportage suivit d’un débat avec Bernard de Lavillardière et Jérôme Deliry (producteurs), Emmanuel Razavi (Réalisateur) et Asim Naïm (spécialiste de l'Afghanistan). 

Le film explique comment cinq ans après l’attentat contre le World Trade Center, Oussama Ben Laden court toujours. Malgré une débauche de moyens humains et technologiques sans précédent, les forces américaines, françaises et pakistanaises ne l’ont toujours pas capturé. Il se cacherait le long de la frontière afghano-pakistanaise, dans les zones tribales. Une région dont le contrôle échappe en partie au pouvoir de Kaboul et d’Islamabad. 

Pourtant, par deux fois, l’homme le plus recherché de la planète a été localisé… sans pour autant être appréhendé ! Des ratés qui posent nécessairement des questions. 

Depuis, les langues se délient de chaque côté de la frontière. De Kaboul à Peshawar, Seigneurs de guerres, membres du cabinet de Karzaï (le chef de l’Etat Afghan), responsables des services pakistanais (ISI), militaires français ou américains se succèdent pour expliquer que les Américains ont tout fait pour éviter de capturer l’ennemi public n°1. Deux raisons expliqueraient ce « raté » peut-être pas aussi anodin: d’une part, la traque de Ben Laden légitimerait la présence présence de forces d’occupation en Afghanistan. D’autre par, les services pakistanais pensent que sa capture pourrait embraser leur pays. 

Nous vous tiendrons informés de sa prochaine diffusion sur l’une des chaînes françaises.