Le blog du Club Lamartine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lettre aux cœurs convaincus

Cher Emmanuel Razavi,

Je viens de voir le film sur l’enlèvement au Pakistan du journaliste Daniel Pearl, Un cœur invaincu. A l’époque, j’avais suivi la terrifiante histoire de cette personne qui a été kidnappée en raison de sa nationalité, de son métier, de son nom et de ses « convictions religieuses » supposées. Ce film montre la course-poursuite qui s’est mise en place pour tenter de le sauver des mains de cesbarbares religieux.J’ai lu ton livre Les Frères Musulmans où tu expliques les conditions difficiles dans lesquelles tu te trouves en début de l'enquête. Nous avons eu – et nous aurons – de nombreuses conversations sur les reportages à risques que tu fais sur le monde « arabo-musulman » - que tu aimes. 
Encore hier, tu me parlais de ton ami, journaliste, Eric de Lavarenne qui vit lui toute l’année au Pakistan comme correspondant permanent. 
Cet homme, je le connais à travers toi et cette voix venue d’orient que j’entends le matin - quand ma radio s’enclenche - sur France Inter. Bien souvent, en raison de l’actualité, il « m’explique » les derniers mouvements des radicaux de ce pays pendant que moi, je suis dans mon lit confortablement installé alors que lui met sa vie en danger pour m’informer. 
Tout le long du film, j’ai pensé à vous et au courage dont vous faites preuve, au risque de votre vie, à « fréquenter » ces gens qui haïssent ce que vous représentez pour nous éclairer sur les agissements de ces illuminés fanatiques. 
Grâce à vous, journalistes sans frontières, nous avons une meilleure connaissance des menaces qui pèsent sur notre société. Je sais que ton métier te tient à cœur et que tu es convaincu par les valeurs de démocratie et de liberté qui t’animent. 
Je souhaite comme toi qu’elles restent invaincues dans notre pays et encore pour longtemps. 

Amitiés 

Lionel Fourré 

PS : faites bien attention à vous...

Raison d’Etat : un secret impénétrable ?

Bien souvent raison d’État rime avec secret d’État. Qu’est ce qu’ un secret ? N’est-ce pas simplement un renseignement qu’une personne a et qu’une autre aimerait avoir ? Parfois il arrive même que l’on soit porteur d’une information – importante pour quelqu'un sans le savoir. Dans Da vinci code, l’histoire de Sophie Neveu en est un très bon exemple. 
De tout temps, les secrets ont fait tourner le monde. Aujourd’hui ils font même marcher l’économie des médias, la télévision avec des émissions comme Secret Story ou la presse avec particulièrement les magazines « people ». Combien de journaux se vendent par semaine avec en titre « découvrez le secret - ou la vérité - » sur une personne, une institution ou une association ? Mais, nous, « simples » citoyens ou plutôt – devrais-je dire – consommateurs, nous sommes porteurs du « secret » de nos achats. Sur Internet, on utilise les « cookies », un joli nom de biscuit pour parler d’un « virus » mis dans notre ordinateur afin de renseigner le créateur - de ce gâteau - de nos déplacements. 
Sans parler des moteurs de recherches sur la toile, de toutes les cartes de crédit ou d’abonnement, à puce ou à code barre, qui là aussi sont un moyen de connaître le secret de nos comportements d’acheteur. Sans parler des téléphones portables ou GPS... 
Les États se sont, au fur et à mesure de leurs histoires, cachés derrière la politique de la peur pour organiser et perfectionner leurs services de renseignement afin de percer les secrets de leurs « adversaires ». À d’autres époques, ils avaient des éclaireurs, puis des espions, et ensuite des micros pour arriver de nos jours, la technologie aidant, à des drones - avion sans pilote - et à des satellites... pour repousser à chaque fois les limites des secrets d’Etats. 
Le film de Robert de Niro, Raisons d’État montre la mise en place du service de renseignement américain, la Central Intelligence Agency (CIA), à travers l’histoire pour percer la « vérité » de leurs ennemis. Edward Wilson fait preuve à chaque instant de sans froid, de discrétion et d’un sens de perception qui lui permettent de « démasquer » des informations. Poussé à l’extrême, ce comportement l’amène à se méfier de tout le monde pour se protéger, lui et les siens... 

Le secret n’existe pas, c’est une vue de l’esprit, encore plus maintenant avec les nouvelles technologies. Simplement, parfois nous n’avons pas connaissance de l’information, car un certain silence l’entoure...

Lionel Fourré


Raisons d'Etat - Bande Annonce

page 2 de 2 -